Engagement des femmes dans le développement du secteur de la sécurité

7 décembre 2018 | Femmes , Nations Unies , RSS | By bahaona | 0 Comments

Engagement des femmes dans le développement du secteur de la sécurité

Dans le cadre des 16 jours d’activisme contre les violences basées sur le genre, la Coordinatrice Résidence de l’ONU à Madagascar, Violette Kakyomya a encouragé les acteurs malgaches à continuer leur fort engagement dans la réforme du secteur sécurité, en intégrant les aspirations et potentiels des femmes malgaches.

les femmes en uniforme sont moins enclines à user de la force de manière abusive
les femmes en uniforme sont moins enclines à user de la force de manière abusive

Un atelier a été organisé, à cet effet, cette semaine, par les Nations Unies avec les acteurs malgaches. Une occasion de faire un état des lieux détaillé sur la représentativité des femmes dans les secteurs sécuritaires. Les discussions au cours de l’atelier ont permis de constater que, l’inclusion des femmes au sein des forces régaliennes est bien plus qu’un droit.  Il s’agit plutôt d’un atout pour le développement car il est statistiquement prouvé que les femmes en uniforme sont moins enclines à user de la force de manière abusive ; qu’elles ont accès plus facile auprès de la population ; et qu’elles promeuvent plus facilement des environnements propices à la lutte active contre les violences basées de ce genre. En effet, loin d’être uniquement « une obligation », encourager les femmes malgaches à prendre l’uniforme, constitue une opportunité. Malheureusement, bien qu’elles représentent plus de la moitié de la population, les femmes n’occupent que 5 % des postes dans les rangs des Forces de Défense et de Sécurité à Madagascar.

Opportunité Engagement des femmes

Aussi, la Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS) entamée par Madagascar en 2014, avec le soutien de plusieurs partenaires, dont l’ONU à travers son programme ARSSAM (Appui à la Réforme du Secteur de la Sécurité à Madagascar) financé par le Fonds de l’ONU pour la Consolidation de la paix, est une opportunité. Selon Violette Kakyomya « une double approche est nécessaire pour encourager les femmes à prendre l’uniforme : d’une part, les femmes doivent être activement associées à toutes les phases des programmes de réforme des organes de sécurité, afin que les politiques reflètent mieux les sexospécificités. De l’autre, la société civile – y compris les associations des femmes – doit faire entendre ses voix et aspirations, et arrêter de considérer la sécurité comme “une affaire d’hommes ».  Cette activité fait partie d’un plus vaste chantier commencé à Madagascar en 2014, et qui vise à renforcer le secteur de la sécurité de manière pérenne et équitable. La RSS a pour objectif à moyen et long terme des forces armées et de sécurité nationale, hautement professionnalisées, imbues des valeurs et principes républicains, respectueuses des droits humains et sous contrôle démocratique. Celle-ci se veut certainement globale, intégrant donc les aspects transversaux tels que la prolifération des armes légères et de petit calibre et le genre.

Financement Engagement des femmes

C’est dans cette perspective que l’ONU, sur décision de son Secrétaire Général, a accordé un financement pour soutenir les travaux de réforme du Secteur de la Sécurité à Madagascar, dans le cadre du Fonds pour la Consolidation de la paix. Ce projet relativement ambitieux vise depuis 2016, à appuyer l’Etat Malagasy dans ces travaux de réforme, à travers des appuis techniques fournis par cinq agences onusiennes spécialisées. Ses axes stratégiques visaient principalement à développer une vision de la RSS de manière participative, afin de mieux protéger les biens et les personnes, ainsi qu’à renforcer le mandat des Forces de Défense et de Sécurité pour qu’elles accomplissent de manière compétente et professionnelle leurs objectifs. Aussi, le programme vise à appuyer les mécanismes du contrôle civil et institutionnel, et de renforcer des stratégies et actions de renforcement de confiance entre la population et les hommes en uniforme.  Ce programme visait premièrement à appuyer les autorités nationales à mener un état des lieux du secteur. Les activités identifiées par le Gouvernement Malagasy pour ce programme, complètent les efforts nationaux et ceux d’autres partenaires dans le domaine de la RSS.

R.Edmond.

Nations Unies : Pour l’engagement des femmes dans le développement du secteur de la sécurité

LEAVE A REPLY